Du nouveau du côté des cours d’eau en zone agricole


Depuis ce 1er octobre, une nouvelle législation sur les cours d’eau en zone agricole entre en vigueur : les exploitant·es de terres de culture sont tenu·es de mettre en place un couvert végétal permanent (CVP) de 6 m de large le long de leurs parcelles bordant un cours d’eau, sauf si celles-ci sont en agriculture biologique.

Cette mesure a comme objectif premier la protection et l’amélioration de la qualité de l’eau. Les cours d’eau seront notamment mieux protégés face au ruissellement qui peut charrier des particules potentiellement néfastes, le CVP agissant comme une zone tampon entre le milieu aquatique et le milieu terrestre.

L’obligation de CVP vient renforcer des mesures de protection des cours d’eau déjà existantes : en Wallonie, le code de l’eau interdit déjà l’accès du bétail aux cours d’eau et impose une bande tampon de 6 m de large le long des berges, sur laquelle ne peuvent être épandus ni engrais ni produits phytosanitaires.

Natagriwal travaille de concert avec l’asbl Protect’eau et l’asbl Fourrages Mieux pour accompagner les agriculteurs·trices et les aider à mettre en œuvre cette nouvelle réglementation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais qu’entend-on par couvert végétal permanent ?

Il peut prendre de nombreuses formes, mais le principe est qu’il doit être permanent : une fois installé, il ne pourra plus être détruit. À partir de là, plusieurs possibilités se présentent : végétation herbacée et/ou ligneuse (résineux exclus) avec des arbres de bois d’œuvre ou de chauffage, etc. Le couvert herbacé doit être multi-spécifique, gage d’une meilleure longévité. Il peut être récolté chaque année.

L’agriculteur·trice peut également bénéficier d’un soutien financier pour ce couvert végétal permanent

Il est possible pour les agriculteurs·trices de bénéficier d’un soutien financier pour ce CVP en tant que Méthodes Agro-Environnementales et Climatiques (MAEC) applicables en bord de cours d’eau : la tournière enherbée (MB5 – 1.000€/ha/an), la parcelle aménagée (MC7 – 1.200€/ha/an) ou la bande aménagée (MC8 – 1.500€/ha/an).

Dans le cas de la parcelle aménagée (MC7) ou de la bande aménagée (MC8), une des conditions d’accès est la présence d’un cordon rivulaire (haie en bordure de cours d’eau). Si l’agriculteur·trice souhaite en implanter un, il existe, en Wallonie, deux régimes de subventions pour la plantation qui peuvent rembourser jusqu’à la totalité des travaux de plantation.

En plus de permettre de valoriser son CVP, l’agriculteur·trice pourra également bénéficier des avantages apportés par la plantation d’une haie : protection contre l’érosion (les racines stabilisant les berges) et brise-vent permettant de limiter le dessèchement des cultures. De plus, les avantages environnementaux d’une végétation boisée, même réduite, en bord de cours d’eau sont multiples : gîte pour une faune et une flore particulièrement intéressante, site de nourrissage, de pontes et cache pour la faune aquatique et contribution au réseau écologique en jouant un rôle de corridor.

Vous êtes intéressé.e par la plantation d’un cordon rivulaire ? Prenez contact avec Kathleen Mercken au 0493 93 44 60.

Si vous avez des questions sur le couvert végétal permanent, prenez contact avec le conseiller de votre commune.

 

Date: 19-10-2021