Le plan d’action loup : une nouvelle mission pour Natagriwal

 

Depuis le mois de juin dernier et le lancement du Plan loup par Céline Tellier, ministre de l’Environnement, de la Nature, de la Ruralité et du Bien-être animal, Natagriwal a ajouté, à sa palette, une nouvelle mission de conseils à destination des éleveurs.

Ce premier plan wallon vise deux grands objectifs stratégiques : (1) assurer la protection de l’espèce et (2) favoriser la cohabitation entre l’homme et le loup. Natagriwal est directement impliqué dans le deuxième objectif, et plus particulièrement dans le volet "Protection des troupeaux en implémentant des mesures de prévention et d’indemnisation appropriées". En cas d’attaque, les conseillers de Natagriwal se rendent sur place, procèdent à une analyse de risque (ou "diagnostic de vulnérabilité") et définissent les moyens de protection adéquats en fonction de la situation. Ils donnent également les premiers conseils à l’installation de kits de protection, composés de filets mobiles électrifiés, que le Service Public de Wallonie met gratuitement à disposition. La mise en place du système de protection est à la charge du propriétaire ou du gestionnaire mais il bénéficie des conseils de Natagriwal et s’il le souhaite, de l’aide de volontaires de la Wolf Fencing Team.

En l’absence d’attaque et en dehors d’une zone de présence permanente, Natagriwal peut également donner des conseils à distance, à titre préventif.

Toujours sur base de cette analyse de risque, le DNF peut financer des moyens de protection durable (électrification d’une clôture existante par exemple) à hauteur de 80% du coût d’investissement, à condition que le troupeau soit situé en zone de présence permanente de loup et que le cheptel compte au moins 10 bêtes.

Plusieurs analyses de risque ont déjà été effectuées au cours des derniers mois et le Service Public de Wallonie a mis à disposition le matériel nécessaire.

Une nouvelle mission pour Natagriwal, conscient à la fois de l’enjeu en matière de conservation de la nature, mais aussi de l’impact que cette espèce peut avoir sur les propriétaires ou éleveurs de moutons, qu’ils soient professionnels ou non.

 

Date: 19-10-2020